Aujourd’hui, on va s’intéresser à Tai lopez, grand entrepreneur américain. Si tu ne connais pas Lopez, il conseille de nombreuses entreprises multimillionnaires et il est un expert en marketing des médias sociaux. Au cours de la dernière année, le nombre de ses adeptes sur Facebook est passé de 600 000 à plus de six millions. Autant dire que sa montée a été fulgurante.

Je ne vais pas te faire un descriptif complet de sa vie, mais je vais te donner les 7 meilleurs conseils qu’il donne pour ceux qui veulent se lancer. Pour tout te dire, je vais me contenter de te donner des citations et des extraits de ses différents discours.

« Grâce à la technologie moderne, il est possible de passer de l’idée au client payant en peu de temps « , explique M. Lopez. « Mais la plupart ne commencent jamais parce que c’est écrasant.« 

Voici comment commencer selon Tai Lopez :

Choisissez une idée qui vous convient.

« La plupart des gens pensent qu’ils savent à quoi ils sont bons « , écrit Peter Drucker dans Managing Oneself. « Ils ont généralement tort.« 

« C’est le principe le plus important que je n’aie jamais appris « , dit Lopez. « Beaucoup d’entrepreneurs n’arrivent pas à comprendre pourquoi leur entreprise échoue. Mais on ne peut s’appuyer que sur la force. Faire ce que vous aimez ne fonctionne généralement que pour les passe-temps. Ne construisez pas une entreprise autour de votre faiblesse. »

« J’adore le basket-ball, mais je ne suis pas assez bon pour jouer professionnellement. Si j’essayais de faire carrière, j’échouerais financièrement. Donc, je joue au basket-ball comme passe-temps, mais je construis des entreprises autour de choses qui me viennent naturellement : parler en public, faire des vidéos et du marketing sur les médias sociaux ».

Lopez dit de prendre le temps de prendre conscience de soi. « Si vous êtes bavard et que vous aimez poser des questions, commencez peut-être un podcast ou organisez des événements. Si vous êtes organisé, devenir un assistant virtuel peut être lucratif.« 
Eh, oui, ce qu’il pense est bien différent de ce que l’on peut entendre communément. Il n’est pas forcément nécessaire d’aimer son business pour réussir.

Repérer les tendances.

Une autre raison pour laquelle les start-ups échouent, selon Lopez, est que le fondateur ignore les tendances. 

« Par exemple, les petites entreprises sont aux prises avec les médias sociaux. De plus en plus d’adultes abandonnent l’université pour des emplois. Les gens veulent des compétences pratiques pour être payés immédiatement. J’ai donc créé une entreprise de plusieurs millions de dollars qui enseigne aux gens comment gérer les médias sociaux pour les petites entreprises. »

« Considérez les problèmes comme des occasions d’aider les gens. Vous gagnerez de l’argent comme récompense pour votre solution et serez payé proportionnellement aux problèmes que vous résolvez.« 

Lancement rapide.

Tai Lopez partage ce que son premier mentor, Joel Salatin, lui a dit à 19 ans : « Tai, parfois assez bien, c’est parfait ».

Cette philosophie signifie construire des prototypes qui sont juste assez bons pour être testés sur le marché. « La plus grande erreur des nouveaux entrepreneurs est de créer quelque chose que personne ne veut acheter.

« En utilisant le prototypage, vous vous concentrez sur la création de quelque chose que les gens paieront, rapidement et à peu de frais. La vitesse de lancement combat la procrastination. Nous procrastinons à cause du perfectionnisme sur le lancement initial. Puis nous nous désintéressons, et le projet ne démarre jamais.« 

N’oublie jamais : ce qui est assez bon est parfait.

Pivoter autour de ce que les clients veulent.

Lopez explique comment les entrepreneurs peuvent apprendre beaucoup d’Apple et de Kodak. L’iPhone a continuellement évolué à partir des demandes des utilisateurs et continue de dominer le marché des smartphones.

À l’inverse, bien que Kodak ait été la première marque de photographie pendant plus d’un siècle et une fois  » pari sûr « , ils ont ignoré les avertissements précoces et n’ont pas pivoté assez vite pour le monde numérique. En 2012, l’entreprise a fait faillite.

« Quand il s’agit de faire croître votre entreprise, ne tombez pas amoureux de votre idée. L’idée vous permet de commencer, mais soyez prêt à changer. Améliorez votre idée par des expériences et des tests. Sinon, vous échouerez.« 

Optimisez vos prix.

« La plupart des entreprises se trompent dans leur structure de prix « , explique Tai Lopez.

« Dans le livre  » Smart Pricing « , deux professeurs de Wharton ont analysé tout ce que vous pouvez faire pour obtenir des répercussions positives pour votre entreprise. L’optimisation du prix est la première chose à faire. Les prix de la plupart des entreprises sont beaucoup trop bas ou trop élevés.

« Si vous étudiez l’économie, c’est l’étude de l’allocation de ressources rares. À moins d’être un cheikh saoudien, la plupart des gens n’ont qu’une somme d’argent limitée.

« Donc, mettez l’accent sur la mise à l’essai de différents prix pour vous assurer de la demande de votre offre. Si les gens ne veulent pas payer un sou, fermer l’entreprise ou faire un pivot massif.

« Mais si le produit se vend bien ou si vous pouvez demander un prix supérieur à celui de produits similaires sur le marché, vous êtes prêt à mettre à l’échelle.« 

Mettre à l’échelle.

Tai Lopez dit que tu as besoin de deux choses : le marketing viral gratuit et la publicité payante. Mais ton produit doit être bon pour qu’il fonctionne.

« Le milliardaire Charlie Munger a dit : « On ne peut pas polir une crotte. » Certaines personnes essaient de faire de la publicité pour une idée de merde. Ça ne marche pas.« 

Mais tu peux polir une bonne idée. « Si votre idée est bonne, utilisez la controverse, l’humour et le drame dans votre marketing pour la viralité libre. » 

« Une fois que vous avez un produit à succès qui devient viral, investissez dans le boosting payant. La plupart des gens essaient de booster trop tôt, ce qui est une erreur coûteuse. Tu essaies de booster quelque chose que les gens n’aiment pas« 

Utilise un formateur.

Tai Lopez reconnaît que tous les interprètes de classe mondiale utilisent des entraîneurs et des mentors. Il applique le même principe à sa propre vie. Son entraîneur de basket-ball, Pooh Richardson, a été un joueur de basket-ball professionnel de la NBA pendant 10 ans. Son entraîneur personnel est 2016 M. Olympia, Danny Hester. Et son entraîneur brésilien de Jiu Jitsu est Rigan Machado, largement considéré comme l’un des meilleurs compétiteurs de l’histoire du sport.

« Peu importe l’entreprise que vous démarrez, un mentor répond aux choses que vous ne pouvez pas trouver en ligne. Ils réduiront votre courbe d’apprentissage d’année en année. Leur expérience personnelle vous calme et vous guide. »

« Il y a trois options lors de la formation : en personne (le meilleur), en ligne ou dans les livres (le plus facile), ou aucune (éviter). »

Voilà pour cet article et pour ces quelques conseils que donne Tai Lopez aux personnes qui veulent débuter leur entreprise. N’hésite pas à me dire si tu es intéressé par d’autres articles de ce genre.

À très bientôt.

Bye.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.